Les Enjeux de la reconversion de la Maison d'Arrêt Saint-Michel à Toulouse

Publié par Alice DELAGE

Les Enjeux de la reconversion de la Maison d'Arrêt Saint-Michel à Toulouse

Ce mémoire de Magistère d'Aménagement à l'Université Paris1 en septembre 2005 d'Alice DELAGE présente bien la problématique de la reconversion de la Prison St Michel telle qu'elle l'était en 2005, et l'est encore en grande partie en 2014.

Le document est en cours de publication sur ce site. Comme il est volumineux, il sera publié au fur et à mesure de sa numérisation et conversion en pages web ce qui prendra un peu de temps car nous n’avons pas les moyens techniques de Google !!!

Sommaire

Introduction

Première partie - le contexte général

A. LE CONTEXTE PÉNITENTIAIRE EN FRANCE.

1. Les politiques pénitentiaires récentes.

2. Le devenir des anciennes prisons.

3. Le remplacement de la prison Saint-Michel par le centre pénitentiaire de Seysses

B. LE PROJET DE RECONVERSION DE LA PRISON SAINT MICHEL; HISTORIQUE.

C. L'AGGLOMÉRATION TOULOUSAINE..

1. Un développement sans précédent

2. La politique culturelle à Toulouse.

D. LE RENOUVELLEMENT URBAIN ET LA RECONVERSION DES FRICHES URBAINES

1. Historique de la réutilisation des espaces urbains.

2. Le renouvellement urbain.

3. La reconversion de la prison Saint-Michel : un enjeu de renouvellement urbain?.

 

Deuxième partie - les potentialités du site.

A. LE MODE DE CONSTRUCTION ET LES QUALITÉS ARCHITECTURALES DU BÂTIMENT

1. L’arrière-plan historique et idéologique.

2. La construction de la prison Saint-Michel

3, Les modifications au cours du XXème siècle.

4. Aujourd'hui : conserver et réhabiliter.

B. LE CONTEXTE URBAIN AUTOUR DE LA PRISON

1. Présentation du quartier Saint-Michel

2. Analyse urbaine du quartier

3. Un quartier sur la voie d'une nouvelle dynamique.

4. Conclusion

C. D'AUTRES EXEMPLES DE RÉHABILITATION D'UNE PRISON : COULOMMIERS, STRASBOURG, FONTAINEBLEAU, AUTUN

 

TROISIÈME PARTIE - DES CONTRAINTES QUI FREINENT LE PROJET.

A LES CONTRAINTES PRATIQUES.

B, LA DÉFINITION DU PROJET

C LA SIGNIFICATION DU DÉLAI POUR LES DIFFÉRENTS ACTEURS

 

QUATRIÈME PARTIE - ÉTUDE DU PROJET DE R. EDWARDS

A. PRÉSENTATION DU PROJET DE R. EDWARDS.

B. analyse des possibilités de fonctionnement d'un centre d'artistes et d'ingénieurs

C. LES CONSÉQUENCES SUR LE QUARTIER

CONCLUSION

BIBLIOGRAPHIE ET SOURCES

ANNEXES

Introduction

La reconversion d'une ancienne prison n'apparaît pas a priori comme une opération évidente. Elle présente, au-delà des difficultés propres aux actions de reconversion en général, des contraintes sur le plan conceptuel et architectural : que peut-on insérer à l'intérieur d'anciennes cellules de détention ?

La reprise de bâtiments désaffectes est un exercice répandu aujourd'hui parmi les acteurs de l'aménagement. Une expérience, une « culture » de la reprise s'est constituée, pourrait-on dire, notamment depuis que les collectivités locales ont hérité d'un parc de bâtiments industriels désaffectés à partir des années 1970, auquel il a fallu trouver de nouvelles destinations. Les anciennes usines sont alors devenues écoles, bibliothèques, musées, centres culturels. Par la suite, d'autres secteurs ont relâché des emprises bâties qu'il a fallu réutiliser : les industries portuaires autour des années 1980, l'administration militaire à partir des années 1990, Aujourd'hui que c'est au tour du ministère de la Justice de se défaire d'une partie de son parc immobilier, de nouvelles perspectives de reconversion sont offertes par les posons. Reste à savoir si ces nouvelles opportunités correspondent à de nouveaux enjeux, et s'il existe une spécificité à la reconversion des prisons, ou si leur réutilisation se satisfera de l'expérience constituée en la matière.

L'exemple qui va être abordé ici traite d'une maison d'arrêt de centre ville à Toulouse, dont la majeure partie des occupants a été transférée au mois de février 2003 dans un nouveau centre pénitentiaire de la périphérie toulousaine, à Seysses, La question du devenir de l'ancienne maison d'arrêt Saint-Michel est toujours en suspend deux ans plus tard, car l’État a encore besoin de ce bâtiment, pour y loger une vingtaine de prisonniers en semi-liberté. La situation, bien qu'en stagnation actuellement, est néanmoins complexe : la mairie, qui se porte acquéreuse, a des ambitions de reconversion de la prison, et elle profite du délai qui lui est imparti pour préciser son projet. Après diverses propositions étudiées, qui émanaient d'acteurs divers comme les associations ou des particuliers concernés, son choix semble être arrêté sur le projet d'un architecte professionnel, qui propose d'y implanter un centre de production culturel et artistique, où des artistes et des ingénieurs collaboreraient en vue de la création d'œuvres originales. Mais aucune décision officielle n'est encore venue entériner ce choix, et la multiplicité des projets qui ont été proposés depuis deux ans, ainsi que l'indécision qui règne en attendant que l'Etat se déleste du bâtiment n'ont pas participé à une définition claire des enjeux et des perspectives pour la maison d'arrêt.

Ainsi, il apparaît utile d'évaluer les conditions de l'élaboration d'un projet de reconversion pour cette prison. Cette démarche requiert l'appréhension d'une réalité complexe et nuancée, qui touche autant l'intérêt architectural et historique du site, que les rapports entre les acteurs concernés par le projet de reconversion, la pertinence des propositions qui ont déjà été faites, ou encore l'insertion du projet dans les évolutions plus globales à l'échelle de la France, Parce que toutes ces questions ont un impact sur les possibilités de réhabilitation de la prison, bien qu'à des degrés divers, une analyse la plus large possible du contexte est nécessaire. La précision des différents constats pourrait en souffrir, mais c'est au profit d'une compréhension globale des enjeux de reconversion du site, sans sacrifice de la nuance. Le travail qui est proposé ici est également fortement tributaire de l'accès aux sources et aux informations diverses, et certaines précisions qui eussent été utiles à l'analyse manqueront malheureusement. Mais le résultat, même incomplet, doit permettre autant que possible de donner des clés de compréhension pour une reconversion appropriée.

Le cadre général de notre réflexion, qui fédère les thèmes de conservation du patrimoine, de stratégie de développement urbain, de communication autour des projets, est celui du renouvellement urbain, compris dans un sens large. Il donne une cohérence à ces questions diverses, en encourageant à la mise en valeur et au développement de sites de cœur de villes, au bénéfice de toute l'agglomération. Quels sont les enjeux et les perspectives les plus appropriées pour la prison Saint-Michel en vertu de ce principe, c'est ce qu'il s'agit de mettre en lumière ici.

Cette réflexion nécessite, dans une première partie, une mise en contexte préalable, portant sur quatre points ; les restructurations de l'administration pénitentiaire, un petit historique du projet de reconversion de la prison Saint-Michel à Toulouse, les caractéristiques de l'évolution récente de l'agglomération toulousaine, et enfin les pratiques de "renouvellement urbain".

La deuxième partie s'attachera à montrer les fortes opportunités du site, sur le plan architectural, sur celui de 1'environnement urbain, et à partir de la comparaison avec d'autres exemples de reconversions de prison.

Dans un troisième temps, on s'attachera aux obstacles qui freinent à la fois la définition du projet et sa mise en œuvre : ils peuvent être pratiques, juridiques ou financiers, contingents ou plus structurels.

Enfin, forts de ces constatations, qui nous auront permis de dégager les enjeux et les conditions de la reconversion du site, on pourra s'attacher dans une quatrième partie à une analyse du projet de reconversion privilégié pour lors par la mairie, notamment sur la base de diverses comparaisons.

Lire la suite: Première partie - le contexte général

Publié dans prison