500 logements à la Prison St Michel ?

Publié le par arpsm-busca

Dans une interview à la Dépêche du Midi sur les travaux autour de la Basilique Saint Sernin, à la Prison St Michel, au CEAT de Jolimont,à La Grave, aux allées Jean Jaurès, Éric Radovitch, architecte des bâtiments de France donne le point de vue de l'État sur les grands projets architecturaux et d'aménagement de Toulouse. Voici l'extrait concernant le projet d'auditorium à la Prison St Michel:

 

Et la prison Saint-Michel ?

Dans le courant de l'été, nous aurons les conclusions de l'étude de faisabilité d'un auditorium enterré commandée à un cabinet spécialisé par l'État et la ville. Si cette étude dit que le projet est réalisable, la prison pourra être transformée en cité de la musique autour de cet auditorium. Si ce n'est pas faisable, il se fera ailleurs. Si le projet aboutit, ce pourrait être sur la forme d'une opération mixte privée publique. La création de 500 logements pourrait payer l'opération. Il vaut mieux que ce soient les futurs propriétaires qui payent, plutôt que vous et moi avec nos impôts.

Nous apprenons ainsi que le projet d'auditorium sous la prison St Michel prévoirait la construction de 500 logements. Quand J.L Moudenc était adjoint à M. Douste Blazy, il avait déjà présenté une maquette avec des immeubles en plus du projet culturel demandé; M.Douste Blazy avait rejeté fermement toute construction autour de la prison. Une fois revenu au pouvoir, J.L. Moudenc ressort son projet d'il y a 10 ans pour le plus grand profit des promoteurs.

Mais le chiffre cité par l'Architecte des Bâtiments de France semble énorme par rapport à la surface de l'emprise de la Prison St Michel d'environ 2 hectares si on se réfère au projet du quartier Niel :

Superficie 8 hectares
550 logements collectifs dont 30% d'habitat social
2500 m2 de bureaux, 2700 m2 de commerces et services de proximité
Crèche, maison de retraite, rectorat, maison de la citoyenneté
2 hectares de parc public situé en lieu et place de l'ancienne place d'armes.

Nous sommes surpris que ce soit l'Architecte des Bâtiments de France qui dévoile dans la presse le secret de polichinelle relatif à la volonté de l’État de faire de la promotion privée pour valoriser son terrain au sens financier du terme, nous attendions de sa part un point de vue de spécialiste dans la sauvegarde et la mise en valeur du patrimoine architectural et urbain. Mais dans cet interview, il nous dévoile une face inattendue de son savoir faire, car 500 logements c'est environ 30 000 m2  ( soit pour des bâtiments de 15m de large en R+4, près de 400métres  linéaires ) … comme à Lyon , voire pire,contrairement à ce que déclarait le Maire vendredi 25 mars lors de l'inauguration de la salle St Michel à côté de la Prison St Michel.

Est-ce une faute de frappe ou une provocation pour faire accepter la construction d'un nombre de logements moindre  ?

 

Publié dans prison, media

Commenter cet article