MURMURES, Reconversion de la Prison Saint-Michel, Toulouse

Publié le par Pauline FALQUET

MURMURES, Reconversion de la Prison Saint-Michel, Toulouse

Projet de Fin d’Étude - ENSAS 2015

L'ancienne Maison d'Arrêt Saint-Michel constitue un exemple remarquable par rapport aux réalisations de bâtiments pénitentiaires au cours du XIXe siècle. Elle s'inscrit dans l'histoire internationale de l'élaboration d'un système pénal idéal assuré par une architecture performante.

Elle est également un symbole important pour la ville de Toulouse grâce à son histoire marquante au cours de la deuxième guerre mondiale. En son sein ont été incarcérées et/ou exécutées de nombreuses figures emblématiques de la Résistance Française. De plus, elle se situe dans un tissu résidentiel très urbain, au cœur de la ville, ce qui lui confère le rôle de porte d'entrée dans le quartier Saint Michel. En effet, a seulement 10 minutes à pied du centre historique de Toulouse, elle possède aussi depuis 2006 une station de métro sur son parvis et depuis 2010 une station de tramway au bout de l'avenue.

Aujourd'hui, la Mairie de Toulouse a mandaté un cabinet d'architecture devant effectuer une étude de faisabilité pour reconvertir cette ancienne prison. La volonté de la municipalité serait de transformer ce site en Cité de la Musique dans le but d'accueillir un grand auditorium pour l'0rchestre National du Capitole.

Pour ces raisons actuelles et aussi par mesure de sécurité, il ne m'a donc pas été possible de visiter ce bâtiment. C’est pourquoi la plupart des informations recueillies a son sujet sont essentiellement basées sur des documents récoltés au cours de mes recherches (plus d'infos à la fin du document).

C’est en 1869 que l'architecte départemental Jacques-Jean Esquié, livre cet ensemble carcéral s'inscrivant dans un terrain en forme de pentagone aux cotés égaux deux a deux. Sur le cinquième coté, se trouve le bâtiment administratif principalement réalisé en brique. Ce « castelet » est composé d'une cour d'honneur carrée autour de laquelle se déploient des galeries en arcades et deux tours crénelées qui constituent l'entrée monumentale du site. Au centre, le bâtiment présente cinq quartiers de détention rayonnants à partir d'une rotonde centrale. Il appartient à la famille des plans dite radio-concentriques ou radiants. Cette composition est héritée de la figure panoptique de Bentham [1780] et des modèles philadelphiens [1830]. Les murs enduits de ces cinq branches possèdent des encadrements de fenêtres où l'appareillage des briques v est apparent. Enfin, deux murailles, séparées par le chemin de ronde, enserrent le pentagone. Le mur d'enceinte coté rue est constitué d'une succession de briques et de galets cimentés. L'ensemble du site est structuré par un axe principal de symétrie traversant le castelet.

Depuis 2009, les derniers détenus de la prison sont transférés hors de la ville car la prison ne répondait plus aux normes, laissant le bâtiment en état de friche, inoccupé et désaffecté. Une pétition est rapidement lancée par les associations de quartier pour demander la protection des bâtiments historiques de l'ex-prison Saint-Michel au titre des monuments historiques. C’est en 2011 qu'une inscription partielle est décidée pour la partie du castelet d'entrée, le reste du site étant protégé grâce a la modification du PLU la même année.

Aujourd'hui l'ancienne prison Saint Michel représente un véritable délaissé patrimonial. Les riverains du quartier et la Mairie de Toulouse sont favorables à faire de ce lieu un îlot dynamique composé d'espaces publics et d'équipements culturels.

Comment mettre en œuvre la reconversion d'un site qui a été autrefois conçu pour l'enfermement, l'autorité et la sanction? Par quels moyens peut-on valoriser et exploiter cette architecture carcérale afin qu'elle devienne un espace d'activité et de divertissement ?

Plan Masse du Projet

MURMURES, Reconversion de la Prison Saint-Michel, Toulouse
MURMURES, Reconversion de la Prison Saint-Michel, ToulouseMURMURES, Reconversion de la Prison Saint-Michel, Toulouse

Afin d'y parvenir, ce projet propose un programme central, celui de la Ressourcerie, autour duquel gravitent d'autres programmes complémentaires permettant d'apporter une temporalité continue dans l'utilisation du lieu mais aussi de le rendre accessible à une population mixte.

Une Ressourcerie est un centre de récupération des déchets, dans lequel ils vont être recycles, élémentarisés, nettoyés, réparés pu bien détournés de leur fonction de départ. L'objectif principal est donc de réemployer ces déchets en vue de les réduire mais également de les valoriser et les redistribuer. Changer l'image négative que l'on peut y associer permet d'inciter le public a acquérir un comportement respectueux de l'environnement.

MURMURES, Reconversion de la Prison Saint-Michel, Toulouse

Afin d'y parvenir, ce projet propose un programme central, celui de la Ressourcerie, autour duquel gravitent d'autres programmes complémentaires permettant d'apporter une temporalité continue dans l'utilisation du lieu mais aussi de le rendre accessible à une population mixte.

Une Ressourcerie est un centre de récupération des déchets, dans lequel ils vont être recycles, élémentarisés, nettoyés, réparés pu bien détournés de leur fonction de départ. L'objectif principal est donc de réemployer ces déchets en vue de les réduire mais également de les valoriser et les redistribuer. Changer l'image négative que l'on peut y associer permet d'inciter le public a acquérir un comportement respectueux de l'environnement.

Cette sensibilisation se fait aussi grâce a la mise en place d'ateliers pédagogiques, de stages/formations mais aussi d'événements culturels [concerts, expositions, spectacles, etc...]. Cette structure a recours a des ateliers et chantiers d'insertion [ACI]. Ce sont des dispositifs conventionnés ayant pour objet l'accueil, l'embauche et la mise au travail par des actions collectives de personnes sans emploi rencontrant des difficultés spéciales et professionnelles particulières. L'ACI organise le suivi, l'accompagnement, l'encadrement technique et la formation de ses salaries en vue de faciliter leur insertion sociale et de rechercher les conditions d'une insertion professionnelle durable.

Ce programme clef donne donc un nouveau rôle au site de l'ancienne prison Saint Michel: d'un espace de travail forcé et contraint on passe a un tremplin professionnel et social. Pour accueillir cette structure, le projet propose de réhabiliter trois des cinq branches. Ainsi, ce programme est au cœur du site et profite des volumes et des ouvertures qui sont déjà adaptés à cette nouvelle activité.

MURMURES, Reconversion de la Prison Saint-Michel, Toulouse

Par ailleurs, l'une des deux autres branches du bâtiment radial a vocation a accueillir une Auberge de Jeunesse ce qui permettra d'exploiter tout autant les avantages du site au cours de la nuit. Les visiteurs qui se rendent dans cette espace d'hébergement profitent également des services offerts par les autres éléments du programme et sont aussi directement confrontés à l'activité de la Ressourcerie ce qui lui donne une visibilité et donc un rayonnement plus important.

Il est possible de traverser et d'investir les éléments centraux de la Rotonde et du Castelet qui sont devenus des espaces accueillant le Mémorial de la Résistance dédié à l'histoire marquante du site et de ses ex-détenus. Une des cinq branches du bâtiment central vise d'ailleurs à reconstituer partiellement les conditions d'incarcération par la conservation d'un étage entier avant garde sa structure composée de cellules de part et d'autre de la coursive centrale.

Afin de faciliter les circulations intérieures dans les bâtiments réhabilités, une deuxième couronne de construction neuve se développera entre chaque branche. Ces angles qui sont aujourd’hui des failles n'ayant aucune qualité et aucune utilité deviennent, dans le projet, des emplacements pour les circulations verticales permettant aussi la connexion entre plusieurs branches.

De plus, côté Nord puis côté Sud, ces mêmes espaces séparant la Ressourcerie de l'Auberge de Jeunesse et du Musée sont transformés en bassin ce qui permet de donner un rôle esthétique et d'agrément a ces anciens interstices.

Afin d'incorporer les autres éléments du programme, la démarche est de travailler essentiellement sur le double mur d'enceinte qui entoure l'Etoile et mène vers le Castelet. Les interventions contemporaines et les constructions neuves se font dans l'épaisseur de cet anneau périphérique. Cette posture de projet permet d'inverser le regard: la surveillance se faisait principalement depuis la Rotonde vers le chemin de ronde. Désormais, c'est depuis cet entre-deux murs que l'on appréhende le bâtiment en étoile.

Le double mur accueille deux bâtiments neufs: une salle de spectacle/auditorium en fond de parcelle [à l'opposée de la station] où peuvent se dérouler divers événements culturels pu professionnels et un café-restaurant [a coté de l'entrée principale] qui peut accueillir autant les usagers de l’ilot que le public extérieur.

Ces éléments contemporains respectent les tracés régulateurs du site qui découlent des diverses orientations des bâtiments et de la parcelle. Les volumétries ont des aspects monolithiques, simples, et sont composés de matériaux tels que l'acier et le verre pour affirmer l'intervention sur la brique, les galets et l'enduit de l'existant.

C’est donc un jeu de contraste qui est mis en œuvre dans la confrontation entre l'intervention neuve et le bâtiment d'origine : opacité contre transparence, polychromie contre mono teinte, rugosité contre aspect lisse et matité contre brillance.

Devant cette figure rigide, axée et systématique, les extensions et les aménagements se font de manière plus déstructurée, irrégulière et adaptée a chaque situation programmatique.

MURMURES, Reconversion de la Prison Saint-Michel, Toulouse

Les gabarits sont relativement modestes et ne dépassent que rarement les hauteurs imposées par les constructions d'origine. Ils viennent parfois compléter des interstices entre les branches pour créer un deuxième anneau accueillant du mobilier urbain pour les nouveaux espaces publics crées dans les vides intérieurs. D'autres fois ils s'intègrent dans la continuité du mur d'enceinte et deviennent de vrais éléments bâtis avant une fonction précise dans le programme correspondant. Enfin, ils franchissent ponctuellement, côté avenue, l'édifice existant afin de se manifester, et aussi d'annoncer le nouveau geste architectural réalisé sur ce site.

L'étendue de l'intervention sur ce site se fera donc en trois temps. D'abord par une purge visant a démolir toutes les constructions réalisées au cours du XXème siècle qui viennent déséquilibrer la figure originelle du bâtiment et qui n'ont aucun intérêt architectural si ce n'est la réutilisation des matériaux dans un pastiche architectural. Dans un second temps, les différents bâtiments existants, conservés seront réhabilités afin d'accueillir leurs nouvelles fonctions. Enfin, les constructions neuves seront réalisées dans l'épaisseur de la ceinture périphérique du site.

Le rôle de la salle de spectacle est aussi le développement d'un pôle de vie où seraient organisées des conférences sur l'écologie et le réemploi ce qui se couple en effet avec d'autres programmes annexes qui seront présents pour permettre de faire vivre le site tout au long de l'année avec une notion forte de médiation culturelle.

Outre des salles de séminaire pouvant accueillir aussi les scolaires, le projet propose également, salles d'expositions, auditorium, Fab lab, bibliothèque et bar-restaurant avec terrasse panoramique. Sont créé ainsi des situations d'échange entre les citoyens et les milieux culturels grâce aux programmes imaginés. Le projet a pour volonté de révéler les qualités du site, de le magnifier en rendant possible son accès au public.

MURMURES, Reconversion de la Prison Saint-Michel, Toulouse

Pour mettre en œuvre ce projet, la question principale a été la pertinence de conserver les cinq branches du bâtiment radio-concentrique. La suppression d'une des ailes aurait automatiquement engendré une dissymétrie sur l'ensemble du site ou une perte de force sur l'axe Est-Ouest. Bien que des dispositifs auraient pu être mis en place pour signaler la préexistence d'un corps de bâtiment, il m'a semblé plus judicieux de conserver cette géométrie très imposante, symbole même de l'architecture carcérale et par le travail en périphérie, apporter des éléments plus irréguliers, plus adaptés au contexte, permettant de montrer une véritable intégration au quartier et de signaler la nouvelle fonction de cette ancienne prison.

Par ailleurs, la surface offerte par les bâtiments existants, se trouve dans une structure en très bon état pourvus de toutes commodités techniques telles que la ventilation et le système de chaufferie. Les voutains sous plafond, les ouvertures zénithales pratiquées dans la nef centrale à voûte en berceau et les grandes baies vitrées en plein cintre sont autant d'éléments remarquables d'origine qui seraient, à mon sens, regrettable de ne pas exploiter sous différentes formes en fonction du programme abrité par les multiples branches.

La deuxième question qui a été posée est celle du traitement de ce mur d'enceinte. En effet, lorsque la fonction attribuée ace bâtiment était celle d'une maison d'arrêt, le double mur avait un véritable rôle et était utilisé comme dispositif anti-évasion mais aussi comme chemin de ronde pour la surveillance. Au regard du quartier, il servait de frontière visuelle opaque et dépourvue d'esthétique puisque cet enclos avait aussi pour objectif de dissuader tout individu d'être amené à pénétrer dans ce lieu.

Désormais la réaffectation d'un nouveau programme au sein de cet ancien ensemble carcéral pose la question de la symbolique associée l'image de cette paroi. L'accessibilité du public au sein de ce nouvel îlot doit elle continuer a se faire par l'entrée, aujourd’hui unique, côté avenue Saint-Michel ? Aujourd’hui, la porte existante du castelet n'est plus a la mesure pu aux dimensions adéquates face a la nouvelle affluence qu'engendrerait le programme du projet. Il est donc nécessaire d'intervenir sur le mur d'enceinte afin de créer de nouvelles interfaces entre les fronts bâtis alentours et l'intérieur de ce site. La solution est t-elle de supprimer complètement une portion de ce mur afin d'obtenir une frange plus fondue avec l'environnement pu est-ce de mettre en place des dispositifs permettant d'apporter une porosité, une perméabilité visuelle et physique à cette ancienne muraille ?

MURMURES, Reconversion de la Prison Saint-Michel, Toulouse

Afin de conserver la même logique que pour les corps de bâtiment existant j'ai souhaité conserver la trace de ce mur d'enceinte en le retirant complètement que ponctuellement. Ainsi, de nouvelles portes d'entrée dans le site sont crées et restent cependant remarquables et identifiables grâce au dispositif d'arche métallique, dont la longueur correspond a une travée du mur d'enceinte et la hauteur s'alignant au faitage de l'ancien rempart. La temporalité étant variable de jour, de soir et de nuit, ce système est une réponse à ce besoin de flexibilité. Cet îlot qui été ferme et dont l'unique accès était très contrôlé devient désormais franchissable, parfois visuellement et d'autres fois physiquement. Le mur, supprimé, abaissé pu support d'une construction neuve, donne un nouveau rythme aux rue en s'adaptant et en se suturant ce qui existe en face.

Sur les rues Nord et Sud, les fronts bâtis sont essentiellement des immeubles de logement dont les gabarits correspondent à la proportion de l'actuel mur d'enceinte. Ici, il sera seulement percé, formant des cadrages à l'aide de poutres métalliques. Ces ouvertures permettront d'offrir une vue sur l'intérieur de cet îlot depuis la rue afin d'annoncer la nouvelle fonction de ce site et la possibilité d'y accéder. Ces baies successives sont réalisées en fonction du nouvel espace public qui se trouve de l'autre cpte du Mur : une estrade dans laquelle est creusé du mobilier urbain, des aires pour enfant et des espaces végétalisés. Les hauteurs variables de ces fenêtres permettront d'animer le parcours du piéton qui longera cette nouvelle façade, lui permettant d'obtenir une approche varié de l'intérieur du site selon les points de vues offerts. Ce dispositif rend l'objet du mur dynamique, ludique et habité.

Sur les rues a l'Est (de l'autre côté de l'avenue Saint Michel), les constructions alentours correspondent plutôt des maisons d'habitation, de petit gabarits et composés de jardins individuels. A cet endroit, le mur est abaissé voire complètement supprime. Lorsqu'il est abaissé, le mur crée un nouvel espace redonné a la rue ce qui permet de rendre le rapport avec les habitations plus harmonieux. Dans le deuxième cas où il est supprimé, on retrouve seulement la marque au sol de cet ancien mur, matérialisé par des lits de galets coupés. Grâce a ce changement de revêtement au sol, le site retrouve une certaine porosité tout en témoignant de la préexistence d'un mur d'enceinte. A l'intérieur du site, un dallage de pierre est utilise. Sa forme de rectangle allongé permet de donner une direction, une orientation à l'espace public et vise a relier les deux arches qui bordent systématiquement les deux nouveaux sous espaces extérieurs.

Pour aménager et dessiner ces deux espaces publics, sont utilises trois autre types de revêtements: des modules végétalisés dans lesquels seront replantés quelques arbres, des surfaces en béton désactivé pour accueillir les espaces événementiels recevant des structures éphémères et modulables, ou encore des terrasses en bois faisant office d'espace d'agrément ou de détente.

Côté Sud, l'exposition au soleil, la présence d'une garderie et d'une salle polyvalente dans la Rue Saint Denis, sont autant de raisons pour détourner la voie de circulation voiture afin de créer un véritable parvis devant l'arche venant remplacer le petit square existant qui était de mauvaise qualité.

Autrefois, cet îlot était fermé, ce qui signifiait que son intégration harmonieuse au quartier n'était pas un objectif fondamental au moment de sa conception. Cette hauteur de 6m procurant ombre et réduisant la perspective dans les rues adjacentes renvoyait une image négative aux yeux des riverains et des visiteurs dans le quartier. Aujourd’hui, grâce a ces nouveaux procédés de perméabilisassions du mur, de nouvelles vues sont offertes, de l'intérieur vers l'extérieur et vice versa. La mémoire de ce mur, son histoire n'est pas ignorée car il est en partie conservé. Enfin, la qualité de la mise en œuvre des matériaux qui le compose est remise en valeur car elle confère au bâtiment un cachet typiquement local et typique toulousain, reflet de l'époque pendant laquelle il a été construit.

MURMURES, Reconversion de la Prison Saint-Michel, Toulouse

___________________________________________________________________

Sources des références

L'analyse de cet édifice existant a été réalisée a partir d'informations diverses fournies par les Archives Départementales [Haute-Garonne], Municipales [Toulouse] et le site de l'ENAP [Ecole Nationale de l'Administration Pénitentiaire]. La base de données en termes de documents graphiques s'est faite depuis le centre de documentation de la DRAC Midi Pyrénées. C'est aussi après quelques entretiens avec les présidents du comité de quartier et de l'association des riverains de la Prison qu'une véritable compréhension du site et de ses enjeux m'a été possible.

Les ouvrages suivants ont été mes principaux éléments de bibliographie et m'ont permis de comprendre a la fois le site de la prison Saint Michel mais aussi, plus globalement, le contexte général de l'architecture pénitentiaire:

  • DELAG E, Alice, Les Enjeux de la reconversion de la Maison d’Arrêt Saint-Michel de Toulouse, Mémoire de Magistère d'Aménagement, Université Paris1, 2005
  • DRIJARD, Guillaume, Chronologie de la Prison Saint Michel, document réalisé par le président du Comité de Quartier Saint Michel, 2014
  • FOUCAUD, Odile, Un monument dans la cite'. l'ancienne prison Saint-Michel, Chef d’oeuvre de fonctionnalisme architectural, Mémoire réalisé dans le cadre du projet de L'artiste et l'ingénieur par l'agence Atlante, 2003

Bibliographie:

- FOUCAULT, Michel, Surveiller et punir, Naissance de la Prison, Paris, Gallimard, 19?'5

- HUYGEN, Jean-Marc, « La poubelle et l'architecte, vers le réemploi des matériaux», Edition L’impensé Actes Sud, 2008.

- MADRANGE5, Etienne, « Prisons, Patrimoine de France », Edition Lexis Nexis, 2013.

- « Matière grise, Matériaux, Réemploi, Architecture »,Exposition au pavillon de l'Arsenal du 26 septembre 2014 au 4janvier 2015

- ROSENSTIEHL, Augustin et SARTOUX, Pierre, « Construire l'abolition», coédition par URBSEDITION ET ENSA Paris Malaquais, 2005

REMERCIEMENTS

En premier lieu, je souhaite exprimer ma profonde gratitude a mon directeur de PFE, Mr F-F Muller, pour ses conseils avises, son enthousiasme permanent, et ses critiques constructives.

Par ailleurs, je remercie toutes les personnes qui m'ont aide de prés ou de loin a mener a bien l'élaboration de ce projet: Charlotte de Romemont pour sa qualité de dessin, Quentin Denovelle et Sophie Cambra pour leur application dans l'exercice de la maquette, Chloe Gross pour sa justesse graphique et Emmanuel Nhan pour son talent de photographe.

Merci aussi à tous mes proches qui m'ont accompagne et soutenue au cours de ces années, puis de ces derniers mois de conception et de production architecturale: Marie Vanderbecken, Delphine Mever, Pauline Barrover, Antoine Heckmann, Pauline Lanzini, François Prince, Morgan Beauvillier, Jean Philippe Degoul, Sarah Soukri, Mathilde Lefevre, Sarah Tapissier, Xavier Oster, Sebastien Denechaud, Cecile Mattoug, Thibault Gardoncini et Geraldine Bouchet.

Publié dans prison

Commenter cet article