Le Busca : la place va changer de visage

Publié le par Bureau

Un stationnement anarchique, une place qui a vieilli
Un stationnement anarchique, une place qui a vieilli

C'était un chantier auquel d'autres municipalités s'étaient attelées, mais sans résultat. Aujourd'hui, Jean-Michel Lattes, Sophia Belkacem, maire de quartier, et Jean-Luc Lagleize, l'affirment haut et fort, la place va faire l'objet dans les mois à venir d'importants travaux de réaménagement. Ce mercredi, ils avaient donné rendez-vous aux habitants en l'auditorium du muséum pour échanger sur ce thème et leur présenter deux schémas. Les élus ont reçu un bon accueil et ont fait salle comble. Il y a consensus sur la nécessité d'agir. «Une place mortifère, dangereuse, on s'y fait renverser en vélo» a-t-on pu relever. Et tant du côté des habitants que des élus, il n'y avait aucun défenseur d'une option favorable au «tout voiture». Première mesure attendue, l'instauration d'un stationnement payant de 9 h 00 à 19 h 00 avec tarif résident : 135 € à l'année, ou 100 € pour les titulaires d'un abonnement Tisséo. Le phénomène des voitures ventouses serait ainsi enrayé, selon Jean-Michel Lattes qui annonce l'arrivée des horodateurs rapidement. Profitant de la réfection des réseaux, on va créer une surface centrale surélevée entourée d'une voie de circulation à vitesse limitée. Cette place accueillera de 20 à 40 voitures, selon l'option retenue, avec des arbres. Un projet à 2 millions d'euros qui reste en phase de discussion : les habitants recevront bientôt un questionnaire. Ce dernier permettra aux cyclistes locaux de s'exprimer sur leur vision de l'usage et des aménagements destinés aux deux roues.

Pierre Estournel

Publié dans Projets, Place, media

Commenter cet article