Grand auditorium : c'est pour quand ?

Publié le par La Dépêche

Notre association a demandé un rendez-vous à Mme Marie Dequé, adjointe au Maire chargée de la Culture, afin de nous préciser les intentions de la Municipalité sur l’avenir de la Prison St Michel. Nous attendons sa réponse.

Grand auditorium : c'est pour quand ?

La Halle aux Grains, temple des fêtes musicales de l'Orchestre du Capitole depuis quarante ans, devrait être remplacée par une nouvel auditorium. Mais quand ?

La Halle aux Grains, temple de la musique classique depuis quarante ans, est loin d'être une salle idéale en matière d'acoustique et de confort du public. En revanche, chacun apprécie son espace hexagonal chaleureux (un ancien marché couvert) et sa situation géographique au cœur de Toulouse. «La salle est très conviviale. Elle manque cependant de volume pour que l'acoustique soit totalement satisfaisante», soulignait récemment dans les colonnes de La Dépêche Tugan Sokhiev, le directeur musical de l'Orchestre national du Capitole.

On sait depuis longtemps que la vénérable Halle (régulièrement objet de travaux techniques) manque d'espaces pour le public et les musiciens. L'Orchestre du Capitole ne peut y travailler en permanence car la salle (polyvalente) reçoit aussi des concerts de chanteurs de variétés et de groupes de musiques actuelles. L'hiver, les auditeurs et le personnel d'accueil frissonnent dans les couloirs étroits, ouverts sur l'extérieur par de nombreuses portes. Malgré tous ces défauts, la Halle aux Grains reste une institution à laquelle beaucoup d'amateurs de musique classique restent très attachés. «Si l'on crée un nouvel auditorium ailleurs, je n'irai plus au concert !», s'exclame une auditrice lors du dernier concert de l'Orchestre du Capitole : elle venait d'entendre que la ville projetait de construire une salle.

La question de doter l'Orchestre du Capitole d'un auditorium moderne est revenue sur le devant de la scène lors des dernières élections municipales. Le nouvel équipement figurait parmi les projets de campagne du candidat Jean-Luc Moudenc. Il l'a même imaginé sur le site de l'ancienne prison Saint-Michel, avec une salle de 1 600 places, semi-enterrée, une autre de 300 places. Une fois élu maire, Jean-Luc Moudenc affirmera à plusieurs reprises sa détermination en la matière. A ses côtés, Francis Grass, l'adjoint à la culture, et Marie Déqué, la conseillère municipale chargée des musiques, rappellent que Toulouse mérite «un outil à la mesure de l'excellence de l'Orchestre national du Capitole». «Cette idée d'un auditorium ne date pas d'hier. Nous en parlions déjà en 2008 lors de tournées européennes de l'orchestre. En cette fin d'année, la détermination de la ville à construire un nouvel auditorium est là. Nous voulons réaliser un équipement qui comporte une salle de répétition, un accueil pour le jeune public. Pour l'instant, nous en sommes plutôt à l'étude de faisabilité du lieu», souligne Marie Déqué.

Dans la prison Saint-Michel... ou ailleurs ?

La question du site choisi pour la construction du futur auditorium reste ouverte, même si le projet de campagne de Jean-Luc Moudenc portait sur un d'un grand auditorium «semi-enterré» sous l'ex-prison Saint-Michel de Toulouse qui respecterait l'architecture en étoile de cet édifice du XIXe siècle. «J'ai commencé en juillet à discuter avec l'État. Je poursuis avec le préfet. Le but est de voir comment nous devenons propriétaire. C'est le préalable. Le fait nouveau, c'est qu'à Saint-Michel, la mairie a un projet», déclarait dans nos colonnes le maire de Toulouse début octobre à propos de l'acquisition des locaux. Disposer de l'ancienne prison suppose en effet d'acheter le bâtiment à l'État. Durant la campagne des municipales, Pierre Cohen, le maire sortant PS, avait lui aussi évoqué la question de construire un nouvel auditorium pour l'Orchestre du Capitole. Il le voyait, lui, derrière la future gare TGV de Matabiau. Aujourd'hui, la question du choix du lieu reste soumise à l'étude de la faisabilité d'un nouvel équipement sur le site de Saint-Michel.

Concert du nouvel an : la tradition

Tradition instaurée par Michel Plasson, le Concert du Nouvel An de l'Orchestre national du Capitole est un événement très attendu dans la vie musicale toulousaine. Comme à Vienne, la manifestation, d'humeur légère et festive, affiche des menus symphoniques très variés, destinés à un large public. Doublé depuis 2012 par Tugan Sokhiev, afin de pouvoir satisfaire la demande très forte du public (plusieurs éditions du concert affichaient complets), la musicale présente le même programme à deux reprises : le 31 décembre à 20 heures et le 1er janvier à 18 heures.

«Tous les amoureux de musique classique devraient pouvoir assister au Concert du Nouvel An», précisait Tugan Sokhiev en annonçant la nouvelle formule.

Comme la saison dernière, la programmation du Concert du Nouvel An toulousain 2014-2015 délaisse les œuvres de la tradition viennoise pour offrir un feu d'artifice de rythmes et de mélodies de compositeurs américains célèbres. Très à l'aise dans ce répertoire, le chef britannique Wayne Marshall retrouve le pupitre de l'Orchestre national du Capitole pour diriger la deuxième Rhapsodie pour piano et orchestre et des extraits de l'opéra «Porgy and Bess» de George Gershwin, des pages de «Casse-Noisette» de Tchaïkovski arrangées par Duke Ellington et une pièce de Richard Rodgers. Pianiste, Wayne Marshall est aussi le soliste du programme. Il a rencontré les musiciens du Capitole il y a deux ans, lors d'un concert d'été au festival «Jazz in Marciac».

Le Concert du Nouvel An est encore à l'affiche ce jeudi 1er janvier à 18h à la Halle aux Grains.

Francis Grass : d'abord l'acoustique

Francis Grass, l'adjoint au maire à la culture, veut réaliser le nouvel équipement en collaboration avec les musiciens de l'Orchestre du Capitole et leur chef Tugan Sokhiev. La question de l'acoustique est pour lui une priorité.

Où en est-on du projet de nouvel auditorium ?

L'équipement reste dans les projets de la ville. Nous en avons discuté avec Tugan Sokhiev. L'important est de réaliser cet auditorium avec l'Orchestre du Capitole, son chef et les musiciens. Un auditorium, c'est aussi un lieu pour les musiciens, ses utilisateurs.

À ce stade de la réflexion, peut-on déjà imaginer ce que sera cet équipement ?

Nous en sommes aux préalables. Il s'agit d'abord de définir des besoins en espace pour le public, l'accueil, la restauration, les vestiaires, c'est-à-dire tout ce qui fait l'agrément d'un lieu de concert. Bien sûr, il y a l'acoustique : si on construit une salle, c'est pour obtenir une meilleure acoustique que celle de la Halle aux Grains. Sinon, cela n'a pas d'intérêt. Tugan a suggéré de travailler d'abord avec un acousticien. Ensuite, il sera possible de définir ce qu'il faut construire. C'est ce facteur qui déclenchera les études plus techniques, déterminera le budget. Viendront ensuite la question de la faisabilité technique du projet sur le site de l'ancienne prison Saint-Michel, puis celle de la faisabilité technique par rapport au coût. On verra alors si le projet est réalisable ou non. Bien sûr, il n'est question aujourd'hui d'envisager un équipement pharaonique comme celui de la Philharmonie de Paris.

Réaliser un tel projet demandera du temps. Est-il possible d'avancer des dates ?

La création d'un nouvel auditorium est toujours un objectif pour nous. Mais je ne pense pas que cela puisse se faire au cours de l'actuelle mandature, c'est-à-dire avant 2020. Aujourd'hui, plutôt que de dire ce que l'on va faire ou non, il s'agit de procéder par étapes. Je souhaite que nous puissions travailler sur des éléments concrets. Un tel sujet est trop technique pour que l'on en parle à l'emporte-pièce.

Anne-Marie Chouchan

La Dépêche

Publié dans media

Commenter cet article