Transfert de Sup de Co à la prison : un «oui mais» pour Alain Di Crescenzo

Publié le par La Dépêche du Midi

Transfert de Sup de Co à la prison : un «oui mais» pour Alain Di Crescenzo

Transfert de Sup de Co à la prison : un «oui mais» pour Alain Di Crescenzo

La Dépêche du Midi le 30/01/2014

Le président de la CCIT confirme qu’il est toujours à la recherche d’un site en centre-ville permettant de faire l’union des sites de Sup de Co. L’ex prison arrive en bonne place, mais à terme.

Nos informations sur le retour en grâce du projet de transfert de Sup de Co sur le site de l’ancienne prison Saint-Michel (notre édition d’hier) ont suscité de nombreuses réactions.

Seul le Capitole s’est refusé à tout commentaire, hier, se bornant à «ne pas confirmer les chiffres énoncés» et notamment celui de 2,32 millions d’€ qui pourrait être payé par la Métropole à l’état pour acquérir le site de l’ex prison, d’une superficie de 1,9 ha. Des chiffres pourtant livrés par Pierre Cohen dans son courrier à Bernard Cazeneuve. Qui n’aurait pas encore répondu. On en saura peut-être plus lors de la présentation du programme du candidat Cohen, lundi.

On nous assure aussi, au Capitole, que la ministre de la Justice, Christiane Taubira, n’aurait pas été au courant, avant notre article, du montage financier proposé par le maire au ministre du Budget, ce qui paraît surprenant.

Intéressé mais prudent

Du côté de la Chambre de Commerce, le président Alain Di Crescenzo indique : «à moyen terme, pour les trois à cinq années à venir, nous avons trouvé la solution à notre besoin d’espace pour l’école de commerce, en achetant un immeuble de 7 000 m2, place de l’Europe», précise le président. Un immeuble où Sup de Co louait déjà des locaux.

«Nous sommes toujours à la recherche de 40 000 m2 en centre-ville pour regrouper nos sites. Nous sommes ouverts à toute proposition pérenne de qualité, la prison Saint-Michel en fait partie, tout comme notre premier projet d’extension autour de la place de l’Europe», poursuit Alain Di Crescenzo, qui affirme : «Il n’y a pas de projet architectural pour la prison, des études ont vérifié la faisabilité physique et financière. Icade (filiale de la Caisse des dépôts et Consignations-NDLR), qui les a réalisés, a fait un super-boulot».

Le président de la chambre consulaire précise : «Nous devons économiser 20 % sur notre budget, ce qui diminue d’autant notre capacité d’investissement et renchérit encore la part non financée du projet, qui sera probablement supérieure à 11 M€».

Côté riverains (lire ci-contre), on s’inquiète d’un projet qui risque de s’accompagner de la démolition partielle de l’étoile originelle de la prison. Philippe Emery

Le chiffre : 7 000

mètres carrés > l’immeuble acheté place de l’Europe. La chambre de commerce a acheté un immeuble de 7 000 m2 place de l’Europe qui permet de répondre aux besoins d’extension de Sup de Co à moyen terme (3 à 5 ans).

Le comité de quartier surpris

«On est extrêmement surpris de découvrir dans la Dépêche du Midi que le maire demande au ministre de valider un projet sur lequel nous n’avons aucune information, notamment concernant la protection du site et de l’étoile», a déclaré hier Guillaume Drijard, président du comité de quartier de Saint-Michel, qui se dit «pas opposé à la venue de Sup de Co» mais reste inquiet. Le responsable associatif précise que des courriers seront adressés au président de la Chambre Alain Di Crescenzo, au maire Pierre Cohen, ainsi qu’à Martin Malvy et Pierre Izard, présidents de la Région et du Département : «Sont-ils au courant, et sont-ils d’accord pour cofinancer ce projet ?»

La Dépêche du Midi

Publié dans media

Commenter cet article