Ex-prison Saint-Michel : des résistances autour de l'Espace Mémoire

Publié le par La Dépêche du Midi

Ex-prison Saint-Michel : des résistances autour de l'Espace Mémoire

Ex-prison Saint-Michel : des résistances autour de l'Espace Mémoire

Publié le 02/11/2013

Le castelet et les bâtiments autour de la cour d’honneur, classés monuments historiques et gérés désormais par la Ville accueilleront Espace Mémoire et équipements de quartier. Certains craignent l’irruption d’un musée de la Résistance bis

On en sait un peu plus sur le contenu de l’Espace Mémoire qui doit investir le castelet et les bâtiments autour de la cour d’honneur de l’ancienne prison Saint-Michel. Cet ensemble dont la gestion a été transférée de l’état à la Ville de Toulouse suite à la signature d’une convention entre la préfecture et le maire le 23 octobre, est inscrit à l’inventaire des monuments historiques. Il accueillera un espace consacré à la mémoire des résistants emprisonnés et exécutés dans l’ancienne prison pendant l’Occupation, regroupera les locaux d’associations d’anciens combattants et des équipements de quartier.

Un comité de pilotage, différent de celui existant déjà pour le devenir de l’ensemble de la prison (qui comprend les mêmes membres avec représentants d’anciens combattants et du quartier en plus), a été créé lors de la première réunion organisée par le maire de Toulouse, vendredi 25 octobre, avec les associations d’anciens combattants et de quartier.

«Nous ne demanderons rien qui n’aura pas été concerté avec les anciens combattants», nous a assurés Guillaume Drijard, président du comité de quartier Saint-Michel. Le quartier disposera bientôt (début 2014) d’une salle polyvalente et de divers équipements dans l’ancienne chapelle rénovée, voisine de la prison (à l’angle de la rue Saint-Denis). Il dispose déjà d’une crèche, un peu plus loin sur la grande rue.

Deux salles d’activité de jour pourraient accueillir des activités qui ne sont pas susceptibles de gêner les commémorations et l’Espace Mémoire voisin. Une salle pourrait accueillir les seniors, à l’étroit dans leurs locaux actuels, de l’autre côté de la grande-rue Saint-Michel.

Les associations d’anciens combattants et les Garibaldiens actuellement logés près de Saint-Sernin, rue Cartailhac, déménageraient à proximité de l’Espace Mémoire, dont la définition paraît plus compliquée (lire ci-contre).

Mémoire du site ou évocation régionale ?

L’Espace Mémoire sera-t-il une simple mise en valeur de la mémoire des lieux et des événements tragiques qui s’y sont déroulés pendant l’Occupation ? Ou bien un espace plus ambitieux, évoquant notamment le réseau régional R4 de Résistance du sud-ouest, avec utilisation de la salle polyvalente de la chapelle voisine pour d’éventuelles rencontres et débats. L’intérêt de l’Onac (office national des anciens combattants) pour la prison semble faire pencher la balance de ce côté même si le patron du département serait opposé à tout «musée de la Résistance bis»

Philippe Emery

Publié dans media

Commenter cet article