Des pistes pour l'ex-prison Saint-Michel

Publié le par La Dépêche

Des pistes pour l'ex-prison Saint-Michel

Des pistes pour l'ex-prison Saint-Michel

Maillon de l'arc culturel ou du quartier des sciences, archives municipales et du Grand Toulouse et même école d'architecture, les idées ne manquent pas pour l'ex-prison.

L'ancien préfet de région Dominique Bur a laissé un petit cadeau aux défenseurs de l'ex-prison Saint-Michel en envoyant un courrier au président du comité de quartier Saint-Michel, Guillaume Drojard, juste avant son départ de Midi-Pyrénées. Par cette missive en date du 20 avril (lire ci-contre), le représentant de l'état « reconnait ainsi comme recevable notre demande d'examiner la protection de l'ensemble de l'ex-prison, y compris l'étoile à cinq branches qui fait son intérêt architectural et patrimonial », commente Guillaume Drijard.

Le dossier devrait être examiné, cette fois dans sa globalité, par la CRPS, sans doute à la rentrée de septembre. La commission avait été obligée de se prononcer sur l'inscription de 10 % seulement de l'ensemble du site. (28 janvier). L'avis favorable rendu a été suivi par la signature d'un arrêté d'inscription partielle de l'ex-prison (castelet, cour d'honneur et bâtiments les bordant).

Le préfet a proposé en outre au maire de Toulouse de lui céder la partie classée pour un euro symbolique (courrier du 1er février). Pierre Cohen n'a pas donné suite à ce courrier pour l'instant. « C'est dommage car si l'ex prison n'était pas classée dans sa globalité, les Toulousains auraient du mal à comprendre pourquoi la Ville a laissé passer une telle opportunité ».

La Ville souhaite peut-être garder les mains libres dans la négociation en cours avec l'état pour le rachat éventuel des bâtiments. Entre les 750 000 € de la première estimation des Domaines (en 2002) et les 11,3 M€ réclamés aujourd'hui, il y a de la marge !… Un premier rendez-vous entre le ministre de la Justice, Michel Mercier, et Pierre Cohen, a dû être reporté. Une nouvelle date doit être trouvée, cette fois en présence du nouveau préfet de région.

En attendant, les projets pour ce site remarquable ne manquent pas : maillon du quartier des sciences (Jules-Guesde) ou de l'arc culturel Garonne, accueil des archives municipales, qui ont besoin de place pour accueillir les archives du Grand Toulouse, et même école nationale d'architecture, qui souhaite quitter ses locaux actuels mais hésite avec un autre site à l'Université du Mirail.

Le chiffre : 1

euro > Prix de l'entrée et du castelet. La ville de Toulouse n'a toujours pas saisi l'offre du préfet concernant l'entrée et le castelet, inscrits au registre des monuments historiques.

« J'ai demandé au directeur régional des Affaires culturelles d'inscrire ce dossier (protection de l'ex-prison) à une prochaine réunion de la commission des sites ». Domnique Bur, ex-préfet.

Philippe Emery

Publié dans media

Commenter cet article